Succession internationale, ça a changé !

Les familles internationales sont de plus en plus nombreuses. Dans ce contexte, détenir au moins un bien dans un autre pays que celui de sa nationalité ou de son lieu de résidence est chose courante. Jusqu'en août 2015, cela générait un véritable casse-tête lors du règlement des successions internationales, les systèmes de transmission des biens différant d'un pays à l'autre et n'étant pas toujours compatibles. La réforme a tenté d'harmoniser sa façon de faire en matière de successions internationales. Elle met fin aux conflits de lois qui pouvaient exister entre les pays.

Les "plus"


C'est incontestablement une plus grande unité ! Les successions sont plus faciles à gérer. Depuis l'entrée en vigueur du nouveau règlement européen sur les successions internationales (règlement UE n° 650/2012), c'est la loi de l'État dans lequel le défunt a sa résidence habituelle au moment du décès qui s’applique pour tous les biens.

Prenons l’exemple de Juan-Manuel. Juan Manuel est portugais. Il vit en France, y a sa maison, mais possède également une maison de famille au Portugal. Depuis la réforme, c'est l'ensemble de sa succession (y compris la maison au Portugal) qui est régie selon la loi française. Auparavant, la maison au Portugal était remise aux héritiers selon la loi portugaise et les autres biens situés en France transmis selon la loi française.

Choisir en amont la loi de sa nationalité pour le règlement de sa succession est toujours possible.
La personne qui organise sa succession a ainsi le choix entre  :
• opter pour la loi du pays dont elle a la nationalité (par exemple, le Portugal pour notre ami Juan-Manuel)
• choisir la loi de son lieu de résidence habituelle (par exemple, la France pour Juan-Manuel)
À savoir : en 2012, 13,36 % des mariages célébrés en France concernaient des couples mixtes. Chaque année, dans l'union européenne, une succession sur dix est d'ordre international.

Les "moins"

Cette loi n’a pas harmonisé la manière de désigner les héritiers. Or, dans certains pays, les règles concernant la réserve héréditaire peuvent être différentes. La loi ne protège pas les enfants, mais favorise l’époux (ou l’épouse) qui survit. On dit alors que rien n’est “réservé” aux enfants. Conséquence directe : on peut les déshériter ! Avec cette nouvelle loi, il suffit donc d’installer sa résidence habituelle dans un pays où les enfants ne sont pas protégés, pour réduire à néant leur part…

Autre particularité : ce nouveau règlement européen ne concerne pas les aspects fiscaux de la succession. Le droit fiscal reste indépendant par rapport au choix juridique en matière de succession. Pour les personnes de nationalité française et résidant habituellement en France, cela ne change rien : ce sont les droits de succession français qui s'appliquent. Mais pour les Français résidant à l'étranger, mieux vaut se renseigner sur les règles applicables auprès d'un notaire !

V.A.

2016-11-29

Accédez à des informations exclusives
Protection vie privée ›
Votre adresse email est collectée avec votre consentement et est destinée à l'office Aubertin Lyon Confluence en sa qualité de responsable du traitement.
Votre adresse email est collectée afin de vous transmettre notre newsletter sur les dernières informations immobilières, juridiques et fiscales. Nous conservons votre adresse email jusqu'à ce que vous vous désabonniez de notre newsletter.

Conformément à la loi "informatique et libertés" et au RGPD, vous pouvez exercer vos droits d'opposition, d'accès, de rectification, d'effacement, de limitation et de portabilité en effectuant une demande à l'adresse suivante : kevin@breakout-company.com. Vous pouvez également adresser une réclamation auprès de la CNIL directement via son site internet https://www.cnil.fr
Réseaux sociaux
Adresse de l'Office

2 rue Charles Baudelaire

Bâtiment B03, Immeuble "Arabesk"

69002 Lyon

Calculatrice

L'étude est équipée du système de visioconférence

Visio Act
© Claudine Aubertin - Notariat Services - Tous droits réservés